Archives de March, 2009

Les compressions à la SRC : un signe des temps

Confrontée à un manque à gagner de 171 $ millions, la Société Radio-Canada a annoncé hier (le 25 mars 2009) des compressions importantes dans ses effectifs et sa programmation. Il y a au moins une émission régionale vouée aux arts, Les arts et les autres, diffusée sur le réseau ontarien de la Première Chaîne, qui va disparaître sous peu. Avec des effectifs et des temps d’antenne réduits, les stations régionales de la SRC risquent d’avoir moins de ressources à affecter à la couverture de l’actualité artistique locale. Ces compressions, imputables aux conditions économiques courantes (certains blâment aussi le manque de financement du gouvernement fédéral), s’ajoutent aux maux qui affligent couramment les médias tradtionnels, notamment les journaux qui sont confrontés eux aussi à des pertes de revenus importantes. Pour les organismes artistiques qui comptent principalement sur ces médias pour joindre leurs publics, ce sont là de mauvaises nouvelles. Par contre, c’est aussi l’occasion pour eux d’explorer de nouvelles avenues au niveau du marketing, des communications et du développement de l’auditoire pour s’assurer qu’ils gardent le contact avec leurs fidèles et qu’ils joignent de nouveaux adhérents. Pour ce faire, il faut avoir recours à une variété de médias (y compris les nouvelles technologies de l’information et des communications) et des stratégies de développement de public qui ont pour but de renforcer et d’accroître la communauté de consommateurs et de consommatrices qui les entoure. C’est ce que vous offre le Développement de l’auditoire pour les arts de 50 Carleton. Contactez-moi pour en savoir davantage.

Denis Bertrand

 

Comment approfondir l’expérience artistique

Je viens de compléter la lecture d’un rapport intitulé Engage Now! dont vous trouverez une description dans ce bulletin de Hill Stratégies (la version intégrale du rapport n’est plus disponible sur l’Internet). Son auteur, Jerry Yoshitomi, est une sommité américaine dans le domaine du développement de public. Il suggère, entre autres, aux organismes artistiques de mettre l’accent sur ”l’expérience” que les spectateurs s’apprêtent à vivre en adoptant des moyens qui favorisent une interaction accrue entre le public et l’art. Il recommande de faire appel aux cinq sens (la vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat et le goût) pour créer une ambiance dont les gens se souviendront favorablement pendant longtemps. Ce faisant, les gens seront davantage tentés de vivre une nouvelle expérience à un autre moment. 

Denis Bertrand

 

Présentation d’Alan Brown au Conseil des arts de l’Ontario

L’édition du mois de mars 2009 du bulletin Connexion arts du Conseil des arts de l’Ontario fait référence à une présentation récente faite par l’expert américain en développement de l’auditoire, Alan Brown (www.wolfbrown.com). Celui-ci a fait allusion à la situation économique courante et au fait que les organismes artistiques sont habitués à faire beaucoup de choses avec peu de moyens. Par contre, il souligne que ces organismes chercheront à resserrer les liens avec leur public pour assurer leur viabilité à long terme. Le Développement de l”auditoire pour les arts de 50 Carleton peut vous aider à atteindre cet objectif.

Denis Bertrand

 

Les médias traditionnels en difficulté

Si vous vous apprêtez à lancer une campagne promotionnelle en ayant recours principalement aux médias traditionnels, faites gaffe ! Selon le chroniqueur Pierre Duhamel du magazine L’Actualité, le lectorat canadien de jounraux est passé de 83 % en 2001 à 75 % en 2007. Crise économique oblige, on s’attend même à ce qu’environ 10 % des revues et des journaux du pays ferment leurs portes cette année. Les 18-30 ans ne lisent pratiquement pas les journaux. Les accros de la presse écrite demeurent les 65 ans et plus (61 %). Par ailleurs, le chroniqueur techno de la SRC, Bruno Guglielminetti, rapporte qu’un récent sondage de la firme Angus Reid indique que près du tiers des Canadiens regarde des émissions de télé à l’Internet et que 65 % d’entre eux regardent des vidéos sur YouTube. Tout cela signifie que vous ne pouvez plus vous fier uniquement aux médias traditionnels pour joindre vos publics. Le Développement de l’auditoire pour les arts de 50 Carleton vous propose une approche intégrée qui comprend le recours aux médias traditionnels, aux nouvelles technologies de communication, au marketing social et au marketing viral pour joindre et fidéliser votre public. 

Denis Bertrand

 

Les centres culturels franco-ontariens et le théâtre de tournée

Je viens de compléter un projet-pilote avec Réseau Ontario, le réseau de diffusion des arts de la scène de l’Ontario français, au cours duquel j’ai accompagné cinq diffuseurs pluridisciplinaires intéressés à améliorer et à accroître leur diffusion du théâtre grand public en tournée. Nous nous sommes penchés ensemble sur l’accueil de trois productions afin de développer les stratégies de développement de public appropriées pour chacune d’elles. J’ai participé également aux Fenêtres de la création théâtrale 2008 en compagnie de deux diffuseurs pour discuter de stratégies possibles pour l’accueil éventuel de productions en montre à cet événement. Chaque diffuseur possède maintenant un plan de développement disciplinaire en théâtre qui guidera ses actions pour les trois à cinq prochaines années. 

Denis Bertrand

 

Une formule pour mesurer le développement de public

J’ai appris à connaître récemment le modèle RAND de développement de public pour les arts. Créé en 2001 par MM. McCarthy et Jinnet de la célèbre RAND Corporation, le modèle a pour but d’analyser les facteurs qui influencent la particiaption ou la non participation du public à des événements artistiques. Les organismes actifs dans le secteur peuvent en extrapoler des stratégies pour joindre les consommateurs récalcitrants. Le modèle RAND est populaire auprès de certains bailleurs de fonds au service du milieu artistique canadien. Je vous invite à le découvrir en cliquant sur un des liens précédents.

Denis Bertrand