Archives de August, 2009

Il faut innover constamment

Excellent article que celui-ci sur les façons que les cinémas tentent de répondre à la concurrence que leur offre le téléchargement de films en ligne, une habitude de plus en plus répandue auprès des publics que les cinémas courtisent traditionnellement, soit les ados et les jeunes adultes. J’en tire la conclusion qu’en matière de développement de public pour les arts, il faut innover constamment pour capter et conserver l’intérêt du public dont l’attention, le temps et l’argent sont sollicités de toutes parts.

Denis Bertrand

 

C’est la saison des abonnements

Si vous êtes à l’emploi d’un diffuseur pluridisciplinaire ou spécialisé ou d’un producteur qui présente des spectacles, vous êtes sans doute en train de vendre des abonnements en prévision de la nouvelle saison qui s’amorce cet automne. Les abonnements sont un outil essentiel à tout diffuseur. Ils permettent de remplir votre salle d’une production ou d’un spectacle à l’autre et constituent une importante source de revenus. Au fil du temps, les abonnés apprennent à mieux vous connaître, à mieux apprécier les arts et sont plus disposés à vous appuyer financièrement au-delà de l’achat annuel d’abonnements. C’est pourquoi il vaut mieux investir vos énergies dans une bonne campagne d’abonnements que tenter de vendre vos spectacles à des acheteurs de billets simples. Ces derniers sont plus difficiles à joindre, peu fiables (leur décision d’acheter ou de se rendre au spectacle peut dépendre de la météo – bonne ou mauvaise, de leur état d’esprit ce jour-là, etc.) et leurs nombres sont souvent insuffisants pour combler l’écart entre les abonnés et les sièges laissés vacants. Vendez plus d’abonnements et vous serez plus heureux. Pour ce faire, il faut aller au-devant des gens. Passez un coup de fil à vos abonnés de la dernière saison, annoncez-leur qu’ils sont réabonnés automatiquement et que vous pouvez mettre leur dossier à jour au téléphone. Invitez les personnes qui ont assisté à quelques représentations l’an dernier à s’abonner (offrez-leur un rabais à titre de nouveaux abonnés). Assurez une distribution élargie de votre brochure de saison en mettant votre numéro de téléphone en évidence et en invitant les gens à vous appeler, carte de crédit à la main (les formulaires d’abonnement sont souvent intimidants, incompréhensibles ou exigent trop d’efforts de la part du public – il doit les déchiffrer, les remplir, les poster, etc.). Autrement dit, faites tout ce que vous pouvez pour simplifier la tâche aux gens. Pour en savoir davantage sur l’art de vendre des abonnments, procurez-vous Subscribe Now!, de Danny Newman, un expert américain en la matière auquel le Conseil des Arts du Canada et plusieurs organismes artistiques canadiens et québécois ont fait appel par le passé.     

Denis Bertrand

 

Facebook, maintenant plus confidentiel

Pour celles et ceux qui craignent encore de se joindre aux 12 millions de Canadiennes et de Canadiens qui ont un compte Facebook, de peur de diffuser trop d’informations personnelles, voici de bonnes nouvelles. Selon la Société Radio-Canada, 200 millions de personnes auraient un compte Facebook sur la planète. 

Denis Bertrand

 

À propos des livres numériques

Deux articles d’intérêt aujourd’hui (le 27 août 2009) sur le développement des livres numériques, sur le site de la SRC et du magazine Forbes. L’avenir du livre et de la lecture passe-t-il par l’Internet ? Chose certaine, pour joindre un public élargi, les éditeurs, les libraires et les bibliothécaires ont intérêt à explorer toutes les avenues à leur portée. 

Denis Bertrand

 

Une artiste fait appel au réseautage social pour promouvoir son nouvel album

De plus en plus d’artistes ont recours au réseautage social pour promouvoir leurs projets. Mais de l’avis des observateurs, la chanteuse britannique Imogen Heap est parmi les premières à faire appel à différents outils de façon aussi ordonnée et réfléchie. Ainsi, elle a eu recours à YouTube pour y afficher une quarantaine de vidéos pour décrire  le processus créatif derrière son nouvel album, à Twitter et un autre site semblable (12seconds) pour diffuser des informations ponctuelles, de même qu’à Flickr pour y afficher des photos et les designs de son album. Elle a même invité ses fans à lui faire parvenir des oeuvres qui auraient pu être jointes à son album. En agissant de la sorte, Heap a offert à ses fans une expérience qui leur a permis de suivre leur artiste préférée au jour le jour pendant la réalisation d’un projet important pour sa carrière. Espérons maintenant que ses efforts lui vaudront une hausse des ventes de son nouvel album. 

Denis Bertrand

 

Exemple de médiation culturelle à Montréal

Selon le Guide pratique de développement de public de l’Alliance des réseaux de diffusion des arts de la scène (ARDAS), la médiation culturelle “favorise le contact entre les démarches artistiques, culturelles ou patrimoniales et les publics. Elle permet de faire le pont entre le citoyen et l’offre culturelle professionnelle par l’entremise d’occasions de rencontres et d’échanges personnalisés.” C’est justement ce que fait le Mouvement Art Public de Montréal avec sa nouvelle exposition urbaine de photos dans des lieux aussi inusités que les abribus et des espaces publicitaires.  

 

Denis Bertrand   

 

Hollywood a peur de Twitter ; un magazine canadien s’affirme sur Internet

Deux articles d’intérêt aujourd’hui (le 20 août 2009) dans les médias qui ont trait justement aux médias. Le Washington Post parle des préoccupations qu’ont les dirigeants de studios hollywoodiens envers la capacité des réseaux sociaux, dont Twitter, de diffuser rapidement des critiques négatives (et parfois positives) de nouveaux films à l’affiche. La promotion bouche à oreille a toujours joué un rôle pour assurer ou non le succès d’un film, mais alors que ce genre de propos pouvaient prendre autrefois des semaines à circuler et à avoir une incidence sur les revenus au guichet, avec Twitter et ses semblables, les résultast sont immédiats. Un film qui connaît un bon début peut s’effondrer dans l’espace de quelques jours à causes des réactions négatives des cinéphiles diffusées sur les réseaux sociaux. Pour sa part, Le Devoir écrit à propos du magazine canadien The Walrus qui a recours à des bandes annonces cinématographiques, diffusées sur Internet, pour promouvoir ses articles vedettes. À noter sur le site de The Walrus : les témoignages de personnalités canadiennes-anglaises (ex., Atom Egoyan, Margaret Atwood) qui parlent de l’importance du magazine. Le recours à des porte-parole connus est une des facettes du marketing viral. Cela contribue à une promotion bouche à oreille plus efficace, puisque bien des gens connaissent les personnes qui ont décidé ainsi d’appuyer une cause, dans ce cas-ci The Walrus, ce qui soulève davantage l’intérêt du public.      

Denis Bertrand

 

Fin de la récession au Canada ?

S’il faut en croire cet article de Cyberpresse. Le Toronto Star offre un autre son de cloche par rapport aux arts en Ontario et la situation économique.

Denis Bertrand

 

Publications intéressantes de la Fondation Wallace

La Fondation Wallace est établie à New York (É-U). Elle a pour mission d’appuyer le développement et de disséminer des idées et des pratiques exemplaires liées à l’éducation, à la participation aux arts et à l’apprentissage. Elle organise annuellement des conférences qui portent, entre autres, sur le développement de public. Celle d’avril 2008 portait sur les approches que les organismes artistiques peuvent adopter pour joindre un public qui a accès maintenant à un plus grand nombre d’avenues pour se divertir. Le recours à l’innovation en marketing et aux nouvelles technologies de communication sont parmi les thèmes abordés. La directrice générale du Contemporary Jewish Museum, Connie Wolf, a affirmé que lorsqu’il est question de changer des pratiques de fonctionnement et de marketing établies, “le risque ne représente pas un danger. Il est plus dangeureux de ne pas innover pour joindre le public.” La conférence de 2009 tient compte de la situation économique courante et de son impact sur la consommation et la participation aux arts. On y aborde notamment la diversification des auditoires et comment joindre les communautés souvent absentes des salles de spectacles “traditionnelles”. La présidente de la firme Johnson and Associates Marketing, Deborah Johnson-Hall, a recommandé aux organismes artistiques de se renseigner sur les obstacles à la participation de ces communautés. Pour ce faire, il suffit de leur parler. “Pour comprendre ces obstacles, il faut comprendre les expériences de vie de ces personnes, a-t-elle expliqué. Un symbol, un message, un mot qui peuvent être bien compris par votre auditoire courant peuvent rebuter de nouveaux spectateurs.” Les comptes-rendus de ces conférences se lisent rapidement (moins de 20 pages chacun) et sont des mines de renseignements et de pratiques exemplaires en développement de public. Je vous en recommande fortement la lecture.

Denis Bertrand

 

Les médias sociaux

Excellente vidéo sur l’impact et la croissance des médias sociaux. La vidéo est en anglais et comprend plusieurs références internationales et américaines, mais je suis certains que mes lecteurs canadiens et québécois s’y reconnaîtront. Il y a là des messages importants pour les organismes artistiques qui s’intéressent au développement de public.    

Denis Bertrand