Archives de October, 2009

Fonds interactif du Canada

Le ministère du Patrimoine canadien a annoncé récemment la création du Fonds interactif du Canada. Ça peut être une source de financement pour actualiser votre présence sur le Web, surtout si votre site et la technologie que vous employez sont désuets. 50 Carleton peut vous aider à cet égard. 

Denis Bertrand

 

Des journées nationales de la culture au Canada ?

Cliquez sur ces liens pour en savoir plus : Le Devoir, The Globe and Mail.

Denis Bertrand

 

Le public des sports par rapport au public des arts : peu de différences

Le plus récent bulletin de la Conférence canadienne des arts (CCA) contient un compte rendu d’une conférence donnée récemment par le professeur Kevin Mulcahy, de l’Université de la Louisiane, à l’invitation de l’Université d’Ottawa et de la CCA. Il y est question du système américain d’appui aux arts. Si vous croyez que la situation est difficile au Canada et au Québec, je vous invite à lire les propos du professeur Mulcahy. Vous ne changerez sans doute pas d’avis, mais vous pourriez tout de même être tenté d’affirmer : “Lorsque je me compare, je me console”. Je tenais par contre à souligner les propos du professeur par rapport au développement de public, puisque ceux-ci s’appliquent aussi aux conditions qui prévalent ici. Selon une étude récente menée auprès de 17 villes américaines, il y aurait relativement peu de différences entre les personnes qui participent à des événements sportifs et celles qui favorisent les arts. Outre la présence d’un peu plus de femmes parmi les habitués des arts, les âges et les revenus des consommateurs de sports et d’arts seraient relativement les mêmes. Le professeur Mulcahy affirme que la clé pour développer et maintenir des auditoires passe par une campagne auprès des “omnivores de la culture”, c’est-à-dire ceux et celles qui s’intéressent à des événements en temps réel. Il rappelle aussi que lorsqu’il est question de prélever des fonds auprès du public, les gens appuient ce en quoi il croit, ce qui implique une perception positive des arts (ou de l’organisme qui prélève des fonds).

Denis Bertrand

 

Comment intéresser les enfants aux arts

Les organismes artistiques revendiquent souvent l’importance d’exposer les enfants, les adolescentes et les adolescents aux arts en milieu scolaire et ils ont raison. Les arts à l’école sont perçus comme un excellent moyen de stimuler la créativité et d’initier les enfants et les ados à différentes disciplines artistiques. En bout de ligne, les organismes espèrent que les jeunes qui auront été sensibilisés ainsi aux arts songeront à poursuivre des études postsecondaires dans le domaine ou à devenir des consommateurs une fois qu’ils seront sur le marché du travail. Mais il y a un environnement encore plus important que l’école pour  aider les enfants à se familiariser et à apprécier les arts : le foyer familial. Des critiques des arts britanniques ont pris la peine d’expliquer comment  ils s’y sont pris pour introduire leurs enfants aux arts : 

– Partagez votre passion pour les arts avec vos enfants, sans pour autant les endoctriner de force. Votre enthousiasme peut être contagieux. Prenez la peine de leur expliquer pourquoi vous aimez certaines oeuvres ou certaines disciplines ; 

– Laissez-les découvrir les arts par eux-mêmes. S’ils s’y intéressent, introduisez-les à des oeuvres ou à des formes similaires qui leur pemettront d’accroître leur appréciation ;

– Établissez des liens entre leurs intérêts généraux et des formes ou des oeuvres artistiques ;

– Amenez vos enfants à des spectacles thématiques (ex., pendant la période des Fêtes), puis à des performances  similaires en temps normal ;

– Gardez en tête que les enfants et les ados ne partagent pas vos perceptions du monde. Ce qui peut vous paraître parfaitement acceptable en tant qu’adulte ne l’est pas nécessairement pour un enfant ou un ado (ou l’inverse !). Profitez-en pour parler de vos points de vue.

Denis Bertrand

 

Changer son image de marque, ça prend du courage… et de la créativité

Longtemps identifiée à la danse classique (ex., Casse-Noisette et compagnie), et ce, malgré une programmation de plus en plus avant-gardiste, la compagnie de danse américaine Boston Ballet a décidé de se doter d’une nouvelle image de marque plus représentative de son travail courant. Elle a choisi d’aller de l’avant avec ce changement pour rompre avec les perceptions plus vieillottes que la population avait d’elle, afficher publiquement son nouveau visage, célébrer l’arrivée d’une nouvelle génération d’artistes, manifester sa volonté d’accueillir un nouveau public et démontrer que la danse est toujours une forme d’art pertinente.

Il faut saluer le courage du Boston Ballet. Alors qu’il est parfois périlleux de se liver à une telle transformation dans le secteur privé (pensez à l’aventure du nouveau Coke), le secteur des arts et de la culture peut effectuer un tel virage plus aisément parce que ses adeptes s’attendent à de l’innovation de la part d’artistes et de personnes créatives.       

Denis Bertrand

 

Les livres électroniques contribuent-ils à une hausse de la lecture ?

Selon le New York Times, les livres électroniques contribuent à une augmentation des habitudes de lecture. Le quotidien attribue ce fait au contrôle et à la personnalisation (ex., accroître la grosseur des caractères) que permettent les livres électroniques.

Denis Bertrand

 

Le “Corpus Dance Circus” et le développement de public

50 Carleton travaille depuis cet été avec la compagnie de danse-théâtre CORPUS, de Toronto. Celle-ci a entrepris une tournée de dix communautés ontariennes afin d’y présenter trois de ses oeuvres marquantes (Les moutons, Le Grand Peep Show, L’escadron volant) dans des centres commerciaux. Le titre du projet : Corpus Dance Circus. Notre tâche était évidemment de préparer les stratégies de développement de public requises pour assurer l’assistance aux représentations. Ainsi, CORPUS affirme qu’environ 1 300 personnes étaient présentes à ses performances à Pembroke, les 16 et 17 octobre 2009. Pour en avoir une meilleure idée, jetez un coup d’oeil à cette vidéo

Denis Bertrand

 

À propos des réseaux sociaux

Le dernier numéro de la revue L’Actualité (1er novembre 2009) contient un encart publicitaire sur les petites entreprises. Je vous en recommande la lecture, puisque bon nombre d’organismes artistiques sont de petites entreprises (celles-ci possèdent moins de 100 employés) et qu’ils peuvent bénéficier des conseils qui s’y trouvent. L’encart comprend un court texte qui présente 5 bonnes choses à savoir sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, blogues, etc.). Je résume : 

– Les petites entreprises font déjà du réseautage social hors-ligne dans leur milieu. Le réseautage en ligne est un prolongement de ce type d’activités ;

– Le réseautage social est un outil de marketing de plus qui vous aide à joindre des clients qui adhérent à Facebook et à des outils similaires (j’ajouterais que les réseaux sociaux vous permettent de communiquer directement avec le public sans les contraintes et les filtres imposés par les médias traditionnels) ;

– La plupart des médias sociaux sont gratuits. Il suffit d’y investir du temps pour les faire fonctionner ;

– Restez vous-mêmes lorsque vous êtes en ligne. Ne vous faites pas passer pour quelqu’un ou quelque chose que vous n’êtes pas (mon commentaire : soyez honnêtes et intègres. Le public vous en sera reconnaissant.) .

Denis Bertrand

 

Convergence promotionnelle cinéma-théâtre

Un de mes moments préférés lorsque je vais au cinéma est de visionner les réclames pour les films à venir. Si elles sont bien exécutées, elles sont une source de divertissement en soi. De plus en plus de théâtres empruntent maintenant au cinéma pour promouvoir leurs spectacles et c’est une excellente idée. Voyez ce que fait ce théâtre anglais et visionnez cette vidéo du Théâtre du Trillium et de La Nouvelle Scène d’Ottawa.

Denis Bertrand

 

50 Carleton est membre de l’Association canadienne des consultants en arts

C’est avec plaisir que je vous rapporte que 50 Carleton est maintenant membre de l’Association canadienne des consultants en arts. Il s’agit d’un regroupement professionnel de consultants “engagés à promouvoir l’excellence dans le secteur des services de consultation en arts.” Nous espérons que notre adhésion à l’Association nous permettra d’établir des contacts avec des collègues qui partagent nos intérêts et d’offrir éventuellement de nouveaux services à nos clients des milieux artistiques et culturels. Surveillez ce blogue pour en apprendre davantage !

Denis Bertrand