Archives de December, 2010

Arts et sports professionnels : de plus en plus de similitudes

J’ai déjà parlé sur ce blogue d’entreprises sportives professionnelles qui doivent s’investir elles aussi dans le développement de public pour remplir leurs estrades (cliquez ici pour lire le texte en question). La Ligue nationale de hockey (LNH) a signé une entente cette année avec la chaîne américaine HBO pour le tournage d’une série documentaire sur les préparatifs des deux équipes qui prendront part à son match extérieur annuel, le 1er janvier 2011. La série promet de lever le voile sur l’entraînement et l’apprentissage quotidiens des joueurs des Penguins de Pittsburg et des Capitals de Washington. Pendant ce temps, l’animatrice Anne-Marie Whitenshaw prépare une télésérie sur la vie privée des joueurs des Canadiens de Montréal. Ces deux projets ont pour but de permettre au public d’entrer dans les coulisses de ces organisations sportives afin de mieux apprécier le travail des athlètes. Il y a aussi, bien sûr, des impératifs économiques rattachés à de tels projets, mais le milieu des arts peut tout de même en tirer certaines leçons : plus vous faites preuve d’ouverture, plus le public apprend à vous connaître et plus il est susceptible de vous appuyer. 

Denis Bertrand

 

Cultiver un public de connaisseurs

Barry S. Hessinius est un blogueur, auteur et défenseur des arts réputé qui a occupé de nombreuses fonctions de haut niveau dans le milieu des arts et de la culture aux États-Unis. Il a siégé, entre autres, au comité présidentiel des arts, des lettres et des sciences humaines de l’administration Clinton. Dans un de ses plus récents textes, il encourage les organismes artistiques à cultiver des publics composés de connaisseurs, soit de personnes qui partagent une connaissance et un intérêt aussi marqué pour une discipline artistique que les artistes qui la pratiquent. Selon lui, ces connaisseurs sont plus aptes à comprendre les origines et les nuances d’une oeuvre et à soutenir les organismes artistiques par leur présence assidue et leurs dons. Puisqu’il est possible de façonner des connaisseurs, il invite les organismes à s’investir dans l’enseignement et l’apprentissage des arts auprès des enfants, des adolescents et des jeunes adultes qui poursuivent des études postsecondaires, notamment en les mettant en contact avec les producteurs, les artistes et d’autres adeptes des arts. 

Denis Bertrand

 

À propos de la participation du public aux arts

Quelques compagnies de théâtre professionnelles franco-canadiennes s’investissent dans le théâtre communautaire (ou amateur), parfois au déplaisir de certains bailleurs de fonds. Pourtant, le vice-président du Conseil des Arts du Canada encourage ce genre de pratique. Dans son ouvrage intitulé Le facteur C – L’avenir passe par la Culture, Simon Brault affirme ce qui suit :

Un rapport direct (du public) avec des artistes professionnels (…) peut réveiller un intérêt latent et inspirer une participation culturelle plus active.

Même le Royal Shakespeare Company fournit du soutien professionnel à huit troupes amateures !

Par ailleurs, pour le plaisir : il n’y a pas si longtemps, dans une gare en Belgique

Denis Bertrand

 

D’autres exemples du décloisonnement des arts

Dans son ouvrage intitulé Le facteur C – L’avenir passe par la Culture, Simon Brault affirme ce qui suit : 

La culture doir faire partie du quotidien. Elle doit cesser d’être vue comme une activité réservée à des initiés qui s’accommodent d’un décorum intimidant. Il faut être inclusif et invitant.

Voici deux exemples de mise en oeuvre de cette approche : 

  • Pour promouvoir leur nouvelle production de Casse-Noisette, les Grands Ballets canadiens ont organisé une prestation très spéciale dans le Métro de Montréal. Initiez les enfants aux arts et leurs parenst et grands-parents suivront ! Mes remerciements à Jacynthe Dallaire pour ce tuyau.
  • L’Université de Wisconsin-Madison a transformé l’ascenseur qui mène à son département des arts en galerie d’art.

Denis Bertrand

 

Cadeau de Noël à l’avance : “Le Messie” de Haendel au centre d’achats

Je vous ai fait part à quelques reprises de l’offre de prestations artistiques dans des lieux inusités comme outils de développement de public. En voici un autre exemple, de circonstance compte tenu du temps de l’année. Pour en savoir plus, cliquez ici. Je remercie mon amie Jacynthe Dallaire pour ce tuyau. 

Denis Bertrand