Archives de September, 2011

Les leçons de Donna Walker-Khune

Le 29 septembre 2011 – Mise à jour : le 10 novembre 2011 

Tel que mentionné précédemment, j’ai assisté mardi dernier à la conférence offerte par l’experte américaine en diversification des publics pour les arts, Donna Walker-Kuhne (photo). L’événement était organisé par l’organisme Creative Trust, de Toronto. Je m’intéresse aux travaux de Mme Walker-Kuhne depuis quelques années déjà et vous recommande la lecture de son ouvrage, intitulé Invitation to the Party – Building Bridges to the Arts, Culture and Community. La conférencière était enjouée, drôle et généreuse. Elle a partagé avec son auditoire des anecdotes et des stratégies pour joindre de nouveaux publics, dont les communautés culturelles et les jeunes. Je vous avoue que j’ai aussi trouvé dans ses propos une validation de l’approche que je préconise à titre d’expert-conseil en développement de public pour les arts, c’est-à-dire, la nécessité pour les organismes artistiques et les artistes de développer des rapports plus étroits et constants avec le public afin d’en faire un allié fidèle. Parmi les suggestions les plus originales évoquées par Mme Walker-Kuhne, j’ai noté celles-ci : 

  • Il est important “d’humaniser” les arts pour démontrer qu’ils ne sont pas l’affaire de quelques-uns, mais qu’ils s’adressent à tous. Cela peut se faire en développant des profils d’artistes et même de spectateurs qui mettent en relief leurs qualités humaines autant que professionnelles et en profitant d’occasions et d’événements qui permettent aux organismes artistiques d’aller à la rencontre du public.
  • Créez des clubs d’ambassadrices et d’ambassadeurs chargés de vendre des abonnements ou des billets simples. Les membres de ces clubs sont des fervents des arts qui peuvent promouvoir les activités de leur diffuseur ou de leur producteur préféré dans leur entourage.   
  • Pour joindre les communautés culturelles, il faut d’abord apprendre à les connaître, leur parler, sollicter leur avis et respecter leurs différences culturelles. Évitez de mettre toutes les communautés dans un même panier. Elles sont aussi diversifiées que le restant de la population. 
  • Pour sensibiliser les jeunes, il faut les introduire à l’histoire de l’art et leur expliquer pourquoi les arts et la culture sont encore pertinents aujourd’hui. Créez des occasions de rencontres et d’échanges entre les artistes et les jeunes.
  • En matière de développement de public, il faut s’engager à entreprendre une étape à la fois et à la mener à terme. On peut ensuite passer à une autre action.

Pour en savoir plus sur cette conférence, cliquez ici.

Ce blogue va faire relâche pendant quelques jours, le temps d’animer une demi-douzaine d’ateliers en développement de public pour le compte du Conseil des arts AOE dans la région d’Ottawa et d’assister au Colloque sur la Participation culturelle en mutation de Culture Montréal. À bientôt !

Denis Bertrand

 

Conférence de Donna Walker-Kuhne

Le 22 septembre 2011

J’assisterai la semaine prochaine à une conférence donnée par Donna Walker-Kuhne (photo), une experte américaine en développement de public et marketing des arts de renommée internationale. Dans son ouvrage Invitation to the Party – Building Bridges to the Arts, Culture and Community, elle présente les dix principes qui guident son travail :

  1. L’investissement : le développement de public est un investissement dans l’avenir. Vous vous efforcez de joindre de nouveaux consommateurs, de nouveaux adeptes. Il s’agit donc d’établir des rapports avec eux. Toute relation prend du temps à se développer. Il ne faut donc pas vous attendre à des résultats spectaculaires à court terme.   
  2. L’engagement : si vous entreprenez des initiatives de développement de public, soyez persévérants. Ne vous découragez pas.
  3. La recherche : prenez le temps de bien connaître le public qui vous fréquente et celui que vous visez. Consultez des personnes bien renseignées ou créer des groupes de consultation. 
  4. La forrmation de vos artistes et de votre public : partagez votre vision du développement de public avec l’un et l’autre en soulignant leurs intérêts communs.
  5. Analyse : les étapes 3 et 4 vous fourniront matière à réflexion. Prenez le temps de vous familiariser avec ces données et renseignements pour identifier les attentes formulées à votre égard et les objectifs que vous voulez atteindre.
  6. Gardez le contact : sollicitez l’avis de vos artistes et du public à l’égard de vos initiatives de développement de public. Ajustez le tir au besoin.
  7. Créez des partenariats : le partage est à la source de tout partenariat. Partagez vos idées et vous trouverez des interlocuteurs intéressés.
  8. Jetez des ponts : joignez vos publics courants et visés et réservez-leur un accueil chaleureux.
  9. La valeur ajoutée : permettez au public de contribuer ou de s’identifier à votre mission, à votre raison d’être. Établissez un dialogue avec lui.  Faites-en un partenaire. 
  10. Dites “Merci !” : reconnaissez l’apport du public à vos succès. Adressez-lui vos remerciements. 

Surveillez ce blogue au cours des prochains jours. Je partagerai avec vous ce que j’aurai appris en compagnie de Mme Walker-Kuhne.            

Denis Bertrand

 

Résultats d’un sondage sur les pratiques en développement de public de compagnies de danse américaines

Le 20 septembre 2011

Un sondage mené en 2009 auprès de compagnies de danse américaines révèle que la très grande majorité d’entre elles (80 %) s’investit dans des activités de développement de public. Parmi celles-ci, notons :

  • Des présentations des oeuvres sur scène.
  • Des discussions avec le public.
  • Des ateliers ou cours de maîtres.
  • Des répétitions publiques.
  • La tenue d’événements sociaux avec les artistes.
  • Des prestations dans la communauté.
  • La rédaction de billets pour des blogues.
  • Des activités en milieu scolaire.
  • La diffusion de courriels.   

Les compagnies lancent de telles initiatives afin de contribuer à l’expérience et assurer la fidélisation du public, de même que pour accroître leurs assistances. 

Merci à nouveau à Hill Stratégies Recherche Inc. pour ces informations.

Denis Bertrand

 

Baisse de l’assistance aux spectacles au Québec

Le 15 septembre 2011

L’Institut de la statistique du Québec vient de publier des données sur la fréquentation des spectacles. On y apprend, entre autres, que l’assistance a diminué de 6 % et les revenus de billetterie de 10 %, de 2004 à 2010. Pour en savoir plus, cliquez ici et ici.

Denis Bertrand

 

Étude canadienne sur les expériences vécues par des adeptes de festivals et de spectacles de musique

Le 15 septembre 2011

Le ministère du Patrimoine canadien vient de rendre public une étude, réalisée en 2008 et 2009, portant sur les “expériences vécues par les Canadiens ayant assisté à des activités de diffuseurs artistiques et à des festivals”. Elle a été réalisée auprès de spectateurs payants qui ont assisté à un festival ou à un spectacle présenté par un diffuseur au moins une fois auparavant afin de mieux mesurer l’évolution des événements et des activités de sensibilisation offertes au public au fil du temps. On y découvre que :

  • La recherche de plaisir est le principal facteur de motivation des spectateurs. Viennent ensuite la diversité des genres musicaux, le désir de passer du bon temps avec des parents et des amis, ainsi que la chance de découvrir de nouveaux artistes.    
  • S’ajoutent à ces facteurs pour les diffuseurs : l’intérêt du public pour la carrière des artistes, le prix des billets, la publicité et les activités spéciales organisées autour des spectacles. 
  • 51 % des personnes interviewées ont participé à au moins une activité de sensibilisation offertes par un festival ou un diffuseur. Ces activités “contribuent de façon positive à l’événement musical” et “ont un effet sur le bouche-à-oreille exercé par les spectateurs (…) auprès de leurs parents et amis”.

Qu’est-ce qu’une activité de sensibilisation ? Il peut s’agir de la diffusion de clips vidéo des artistes à l’affiche par l’entremise des médias sociaux, d’un blogue animé par un artiste, de rencontres en direct ou d’échanges en ligne entre le public et les artistes, etc. Autrement dit, la diffusion d’informations qui permettent au public de mieux apprécier le travail de l’artiste ou l’expérience proposée par le festival ou le diffuseur. 

Je remercie Hill Stratégies Recherche Inc. pour ce tuyau.

Denis Bertrand

 

Tendance confirmée

Le 14 septembre 2011 

Je vous ai parlé le printemps dernier des tendances courantes que je percevais en développement de public, dont celui du décloisonnement des arts et de la culture, c’est-à-dire, la présentation d’événements artistiques hors des lieux traditionnels de diffusion. Les organismes et les entreprises artistiques décident d’aller à la rencontre du public plutôt que d’attendre passivement sa venue. Cet éditorial du quotiden Le Devoir confirme la valeur de cette approche.

Denis Bertrand

 

La recette du TNM

Le 13 septembre 2011

Le plus récent numéro de la revue L’Actualité (15 septembre 2011, vol. 36, no. 14) présente un portrait de la directrice artistique du Théâtre du Nouveau Monde de Montréal, Lorraine Pintal (photo). La journaliste Isabelle Grégoire explique que pour parer aux lacunes du financement public (30 % du budget) et privé (15 %), le TNM doit remplir sa salle de 830 places à une moyenne de 80 % par année pour éviter des déficits. Pour y parvenir, le TNM “équilibre sa programmation entre des classiques garants de succès (comme Le bourgeois gentilhomnme, de Molière) et des pièces moins accessibles (comme La charge de l’orignal épormyable, de Claude Gauvreau…). Résultat : depuis cinq ans, l’assistance moyenne est de 82 %” et des supplémentaires s’ajoutent à la plupart des spectacles. Pour joindre un plus jeune public, le TNM offre des tarifs dégressifs pour les 30 ans et moins.  

Denis Bertrand

 

Une question d’intérêt plutôt que de démographie

Le 12 septembre 2011

Le Lyric Opera of Chicago lance une campagne promotionnelle qui a pour but de joindre de nouveaux auditoires pour l’opéra. Elle cherche à corriger les attitudes parfois négatives et les perceptions erronées que les gens peuvent avoir envers cette discipline artistique. La campgne présente une image “rajeunie” et dynamique de l’opéra. Elle vise tout particulièrement les personnes à la recherche de nouvelles expériences artistiques, qui ont déjà un intérêt pour les arts en général, de même que les amateurs de musique. Vous pouvez accéder à d’autres informations sur l’initiative du Lyric Opera of Chicago en cliquant ici. Sachez que l’Opéra de Montréal poursuit une approche similaire depuis quelques années, avec beaucoup de succès. Voilà donc de nouvelles illustrations d’un concept dont je vous ai déjà parlé, à savoir qu’une oeuvre artistique recèle de nombreuses dimensions et que chacune d’elles vous permet de cibler une variété de publics. 

P.S. J’ai noté que la photo que j’utilisais en guise de signature n’apparaissait pas toujours au bas de mes billets. J’espère avoir rectifié ce problème. 

Denis Bertrand

 

C’est une question de confiance

Le 7 septembre 2011

Je signe aujourd’hui mon 350e billet. Cela représente plus de trois ans de recherche quotidienne sur le développement de public pour les arts que je me suis empressé de partager avec vous. Au fil de cette recherche augmentée de la lecture de nombreux ouvrages et d’études sur le sujet, d’échanges avec mes pairs, avec des administrateurs des arts et des artistes, ainsi que de la prépration concrète de stratégies adaptées aux réalités de mes clients, je crois avoir développé un discours cohérent et une vision claire de ce que représente le développement de public : c’est une question de confiance. La confiance affichée par les organismes et les entreprises artistiques lorsqu’ils tendent la main au public pour en faire un allié et un confident, plutôt que de le traiter comme un simple consommateur. La confiance du public envers ces organismes et ces entreprises qui, par leur ouverture, lui font profiter pleinement de toutes les dimensions de l’expérience artistique qu’on lui propose, de la création à la présentation, afin de vivre au rythme de leur artiste ou de leur organisme artistique préféré. Ce rapprochement est au coeur de l’approche que je préconise et que je recommande à mes clients. Je remercie toutes les personnes qui ont pris la peine de partager leurs expériences et leurs commentaires avec moi depuis le lancement de ce blogue. Je vous invite à poursuivre notre relation jusqu’au 700e billet et au-delà et à passer le mot auprès de vos collègues qui pourraient profiter de ma recherche continue et, peut-être, de mes services d’expert-conseil. 

Denis Bertrand

 

L’inauguration d’un nouveau lieu de diffusion est l’occasion de joindre un nouveau public

Le 6 septembre 2011 – Mise à jour le 7 septembre 2011

L’ouverture d’un nouveau lieu de diffusion (ou d’un endroit ayant connu des rénovations dignes de mention) est souvent le moment idéal de joindre de nouveaux abonnés, spectateurs ou visiteurs. En effet, un nouveau lieu soulève l’intérêt du public et même la curiosité de personnes qui ne fréquentaient plus l’endroit sous son ancienne mouture. Deux organismes artistiques montréalais inaugurent de nouveaux espaces cet automne, soit le Théâtre La Licorne (photos des lieux ci-haut ; visitez-les en cliquant ici) et l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM ; photo ci-dessous ; découvrez ses nouvelles pénates en cliquant ici).

Tous deux ont ou vont organiser des journées portes ouvertes pour permettre au public de découvrir leurs nouveaux habitacles. Je note aussi l’approche particulière de l’OSM qui se positionne non pas comme une entité uniquement montréalaise, mais aussi comme un lieu accessible à toute la population québécoise, compte tenu de l’appui financier du gouvernement du Québec à son projet. Pour illustrer son propos, l’Orchestre a invité des musiciens issus de différentes régions de la province à se produire avec elle sur scène.

Après ces deux ouvertures, ce sera au tour de La Nouvelle Scène d’Ottawa de vivre un moment similaire.      

Voici quelques suggestions pour vous aider à profiter pleinement de telles circonstances : 

  • La tenue d’un événement portes ouvertes est effectivement une bonne idée. Évitez de le tenir seulement de jour la semaine (vous joindrez alors surtout vos habitués). Songez à étendre l’événement en soirée et même pendant une fin de semaine. Vous attirerez ainsi plus de gens. Songez à des activités d’animation pour agrémenter la visite du public. 
  • Notez les noms et les coordonnées des personnes qui y participent. Il y a fort à parier que vos portes ouvertes intéresseront plusieurs nouveaux venus avec lesquels vous voudrez communiquer par la suite (pour promouvoir vos spectacles ou vos activités).
  • Étendez vos célébrations sur toute une année en rendant vos lieux publics disponibles à d’autres organismes artistiques ou à des entreprises désireux de tenir leurs propres événements dans le lieu le plus populaire en ville (le vôtre !). Vous joindrez encore une fois un nouveau public avec cette approche.
  • Offrez-leur l’accès à vos lieux gratuitement en retour de l’obtention des listes de diffusion des personnes présentes (ou négociez des ententes en vertu desquelles vos invités acceptent de diffuser vos articles promotionnels auprès de leur membres pendant un an). N’ayez crainte, vous allez récupérer votre investissement avec les nouveaux abonnés, spectateurs et visiteurs qui se pointeront chez vous.       

Voilà un aperçu de ce que vous pouvez accomplir avec l’ouverture d’un “nouveau” lieu. Pour en savoir plus, contactez-moi ! Bonne rentrée !

Denis Bertrand