La diminution des frais d’entrée et des coûts des billets : une nouvelle tendance ?

Le 2 février 2012

Le Musée royal de l’Ontario a réduit récemment ses frais d’entrée de 37 % pour faciliter l’accès des familles à ses expositions et à ses activités et pour rajeunir son public (en visant les 15 à 25 ans, en particulier). Pour sa part, le Young People’s Theatre (YPT ; photo), de Toronto, a diminué le coût de ses billets de 40 % pour éliminer ainsi un obstacle à une participation accrue du public et pour diversifier son auditoire. Avant de procéder de la sorte, les deux instances se sont livrées à une évaluation de leurs rapports avec leurs publics et à une révision de leurs activités de mise en marché. Elles ont aussi pris le temps de consulter leurs clientèles. Résultats : le YPT rapporte une augmentation de ses recettes au guichet et le Musée semble attirer plus de gens. Quelles leçons faut-il tirer de ces expériences ? Je vous offre mon point de vue :

  • Définissez d’abord pourquoi vous voulez réduire vos frais d’entrée ou le coût de vos billets. Vos objectifs doivent être clairs, mesurables et atteignables.
  • Consultez vos publics avant d’agir. Assurez-vous que vos réductions auront l’influence souhaitée auprès des publics que vous visez.  
  • Ayez les reins suffisamment solides pour tenter l’expérience.
  • Développez votre stratégie de mise en marché ou de développement de public en conséquence. Vous devrez sans doute être un peu plus agressifs que vous ne l’êtes présentement.
  • Au pis-aller, présentez l’initiative comme un projet-pilote dont vous évaluerez les impacts au bout d’une certaine période de temps. Ce n’est pas une approche idéale, je le sais, mais elle vous offre une porte de sortie si les résultats ne sont pas concluants.   

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Denis J. Bertrand

 

Articles pertinents

1 Comment

  1. […] qui pourraient avoir un impact sur le financement public des arts. Je vous ai parlé hier des approches prises par deux organismes torontois. Je vous avais aussi présenté, il y a quelque temps déjà, […]

Écrivez votre commentaire