Quelques approches au développement de publics (5 de 5) : un petit peu de ceci, un petit peu de cela

Le 19 février 2014

Inspiré par les travaux de ma collègue Lianne Pelletier, stratège et consultante en communication, auteure des Moteurs du développement de publics en milieu culturel minoritaire (thèse de doctorat en rédaction, Université Laurentienne, Sudbury, Ontario), je vous propose une série de cinq billets dans lesquels j’aborde différentes approches courantes en matière de développement de publics, tant pour les arts que pour les sports.

Aujourd’hui : un petit peu de ceci, un petit peu de cela (ce que Lianne appelle les moteurs du développement de publics).

Si vous avez lu les quatre billets précédents qui composent cette série, vous aurez peut-être noté qu’il y a deux axes autour desquels les quatre approches mentionnées s’articulent.

  • Vous pouvez mettre l’accent sur votre produit, en en privilégiant la qualité et l’excellence (ou l’esthétisme et la primauté) et joindre les publics les plus suceptibles de s’y intéresser.
  • Ou vous pouvez miser sur une amélioration de l’accès à votre produit en bonifiant les expériences que vous offrez à vos clientèles pour en joindre de nouvelles, plus diversifiées.

Ces approches ne sont pas mutuellement exclusives. Vous pouvez vous inspirer des éléments des unes et des autres pour tracer votre propre chemin. Mais dans un contexte où le finacement public plafonne et vos clientèles sont sollicitées de toutes parts (elles ne vous sont pas exclusives), une vérité demeure incontournable : vous devez entreprendre des initiatives de développement et de fidélisation des publics, même si vous êtes satisfaits de vos résultats courants. Pourquoi ? Parce que les gens vont et viennent, leurs circonstances changent et le milieu dans lequel vous évoluez change lui aussi. Adopter le statu quo constitue un jeu dangeureux. Vous risquez de vous faire dépasser par les événements. Enfin, qu’il s’agisse d’arts ou de sports, vous avez besoin qu’un plus grand nombre de personnes s’intéressent et apprécient ce que vous faites, de même que le travail ou le rendement de vos artistes ou de vos athlètes et de vos instructeurs. Il n’en va non seulement de votre sécurité financière, mais aussi de votre rayonnement, de votre rôle et de votre raison d’être au sein des communautés que vous desservez.

Vos réflexions sur ces cinq billets sont les bienvenues.

Billets précédents :

denis-bertrand-21-decembre-2011-12_cropped8

Denis J. Bertrand

 

Articles pertinents