Archives de la catégorie e ‘À propos de l’Internet’

007 : des approches de marketing qui pourraient vous inspirer

Le 2 décembre 2014 ; mise à jour le 5 décembre 2014

Comme bien d’autres secteurs artistiques, celui du cinéma commercial doit aussi se démarquer pour capter l’attention du public.

Ainsi, les producteurs des James Bond, mettant en vedette Daniel Craig (photo) dans le rôle-titre, préparent le 24e épisode de la série. Le tournage n’a pas encore commencé, mais les producteurs organiseront un événement public pour dévoiler le titre du nouveau film et présenter des membres de la distribution.

Ainsi, tous les aspects de la création d’un film deviennent des occasions pour en faire la mise en marché, en diffusant des accroches (teasers), en tournant de courtes capsules vidéo avec Vine et en diffusant des informations tout au long de la production sur les médias sociaux.

D’autres artistes, producteurs ou diffuseurs peuvent en faire autant une fois que leurs projets sont biens définis. Il n’est pas nécessaire d’attendre la fin de ceux-ci pour les promouvoir.

En dévoilant progressivement des étapes de production, on soulève la curiosité du public.

Pour en savoir plus à ce sujet, cliquez ici.

denis-bertrand-21-decembre-2011-12_cropped

Denis J. Bertrand

 

Soyez plus efficaces sur les médias sociaux

Le 26 mai 2014

J’ai croisé quelques chroniques récentes sur les médias sociaux qui pourraient vous intéresser : Using Social Media to Build an Engaged Online Community, Quel type de contenu crée de l’engagment sur Twitter? et Les marques déçoivent les consommateurs sur les médias sociaux. J’y ai puisé les recommandations suivantes :

  • Interrogez-vous sur ce que vous voulez réaliser à l’aide des médias sociaux. Qui sont vos «amis» et vos «abonnés» ? Qu’est-ce qui les intéresse ?
  • Souvenez-vous que les médias sociaux existent pour que vous puissiez échanger avec vos clients, pairs, partenaires, collaborateurs, etc. Ce ne sont pas des babillards électroniques.
  • Mettez-vous à la place de vos «amis» et de vos «abonnés» : qu’est-ce qui pique votre curiosité lorsque vous naviguez sur les médias sociaux ? Qu’est-ce qui vous faire sourire ou rire ? Qu’est-ce qui soulève votre intérêt ? Qu’est-ce qui vous surprend ? Ces constats vous aideront à mieux définir votre contenu.
  • Racontez des histoires liées à votre organisation, votre personnel, vos bénévoles, vos lieux, etc.
  • Parlez de ce qui se passe ailleurs, de choses qui vous intéressent.
  • Ajoutez des photos à vos textes.
  • Produisez et diffusez des capsules vidéo.
  • Ayez recours à l’humour.
  • Insérez des liens vers vos sources ou vers des compléments d’information.
  • Répondez rapidement aux commentaires ou aux questions qui vous sont adressés.

Rien de bien nouveau dans tout ça, mais de judicieux rappels tout de même.

denis-bertrand-21-decembre-2011-12_cropped3

Denis J. Bertrand

 

Et si les artistes et les organismes artistiques n’avaient plus besoin des médias ?

Le 7 mars 2013

Il a beaucoup été question la semaine dernière de la place réservée aux arts et à la culture par les médias traditionnels. Le débat s’est engagé à la suite de retraite annoncée du reporter culturel de la SRC, Claude Deschenes, qui affirmait ce qui suit sur son compte Facebook:

Le rôle de journaliste culturel à Radio-Canada vient avec des obligations : rigueur, indépendance, ouverture. Sans oublier le souci de diversité dans les sujets traités. La présence quotidienne à l’antenne m’a toujours permis d’accomplir ma tâche en ce sens. Cependant, depuis quelque temps, l’espace accordé à la culture a rétréci. Comme j’ai toujours vu la culture comme un rendez-vous quotidien (le slogan d’ARTV, CHAQUE JOUR EST UN SPECTACLE est tellement juste), je me sens à l’étroit dans ce nouveau contexte. Ma passion n’a plus de place pour s’exprimer.  

Le jounaliste de La Presse, Hugo Dumas, a renchéri en affirmant que «la culture en arrache». Tout cela a mené à un débat, plus ou moins réussi, à l’émission Bouillant de culture à la Première chaîne de la SRC.

Ce n’est pas d’hier que le milieu des arts et de la culture déplore le peu d’intérêt apparent que lui manifestent les médias. Plusieurs organismes et artistes comptent encore largement sur leur visibilité à la télé, à la radio et dans la presse écrite pour joindre le public. Ce problème n’est pas limité au Québec et au Canada, comme en témoigne cet article.

Je vous réfère à cet ancien billet dont le contenu me paraît toujours pertinent. Je vous recommande aussi la lecture de ce texte fort intéressant qui pose la question suivante : et si les journalistes n’avaient plus besoin des médias ? Les artistes et les organismes artistiques peuvent-ils se poser une question semblable ? Pourquoi ne pourraient-ils pas se réunir pour créer leurs propres «médias» ? Les nouvelles technologies permettent de le faire à peu de frais. Ces médias pourraient être disponibles principalement en ligne. Et si vous doutez encore de l’efficacité de ces technologies, veuillez prendre connaissance de ces nouvelles données canadiennes qui indiquent nettenment une augmentation et une diversification de notre consommation numérique.

Après tout, «on n’est jamais si bien servi que par soi-même».

denis-bertrand-21-decembre-2011-12_cropped3

 

 

 

 

 

 

Denis J. Bertrand

 

L’Internet à la rescousse !

Le 7 janvier 2013

Une nouvelle recherche sur l’impact de l’Internet et des technologies numériques sur les efforts des organismes artistiques pour joindre de nouveaux publics et accroître leur autonomie financière a été rendue publique récemment aux États-Unis. Quelque 1 200 organimses y ont pris part. Ils y révèlent ce qui suit :

  • 83 % disent que le recours à ces nouvelles technologies leur a permis de diversifier leurs clientèles ;
  • 81 % affirment qu’elles constituent des outils de promotion très importants ;
  • 78 %  déclarent qu’elles sont très importantes pour augmenter la participation du public à leurs activités. 

Par contre, peu d’organismes utilisent l’Internet à des fins «éducatives», pour initier le public à leur milieu de travail ou à leur approche artistique, par exemple. Leur utilisation de l’Internet et des technologies numériques se limite surtout à la promotion et au financement. Pourquoi ? Les organismes manquent de temps et de ressources pour en faire davantage. Pour en apprendre plus sur le contenu de cette recherche, cliquez ici, ici et ici.

Si vous vivez une situation semblable, je vous invite à planifier l’intégration de ces nouvelles technologies (et des médias sociaux en particulier) dans vos activités, au même titre que vous les faites déjà pour vos relations de presse. Songez à des moments où vous pouvez les insérer dans votre quotidien ou dans votre processus de création. Ainsi, ils vous paraîtront moins comme un supplément de travail et davantage comme des occasions de communiquer avec vos publics.     

denis-bertrand-21-decembre-2011-12_cropped1

 

 

 

 

 

 

Denis J. Bertrand

 

5 raisons (et plus) pour vous doter d’un blogue

 

 

Le 10 décembre 2012

J’animais récemment un atelier pratico-pratique sur les médias sociaux pour des personnes actives dans le monde des affaires. Lorsque j’ai amorcé ma présentation, je leur ai mentionné que le média social le plus important était le blogue (dixit Michelle Blanc et Entreprise Marketing). Leur réaction à cette nouvelle était plutôt tiède. Ils percevaient la création et la gestion d’un blogue comme une tâche supplémentaire exigeante. Je les ai invités en retour à évaluer leurs outils de communication courants. Il y a fort à parier qu’ils en utilisent certains plus par habitude que par efficacité. En éliminant ce bois mort, il leur serait alors possible d’investir du temps dans un blogue.

Voici donc quelques réponses supplémentaires aux objections les plus fréquentes pour ne pas se doter d’un blogue :

  • Nous n’avons rien à dire : vraiment ? Il ne se passe donc rien d’intéressant  chez vous ou dans votre secteur ? Aucune nouvelle à partager qui pourrait intéresser vos adeptes, clients, collègues ou partenaires ? Vous n’avez aucun intérêt à l’extérieur de votre milieu de travail que vous pourriez avoir en commun avec votre entourage, votre communauté ou vos pairs ? Vous travaillez dans le monde des arts et de la culture et vous n’avez aucune histoire à raconter ? Vraiment ?
  • Nous avons déjà un site Web : je l’espère bien. Mais un blogue peut amener plus de gens à visiter votre site. Un blogue, s’il est bien géré, offre toujours du nouveau contenu, raison pour laquelle les gens retourneront plus d’une fois vers votre site.     
  • Nous sommes présents sur Facebook, Twitter, etc. : tant mieux. C’est une bonne chose. Par contre, votre blogue est accessible à toutes les personnes intéressées à ce qui se passe chez vous et non seulement à vos amis ou à vos abonnés. N’oubliez pas que votre compte Facebook ou Twitter ne vous appartient pas. Lorsque vous y êtes, vous êtes sur la prioriété d’autrui. Vous devez vivre avec les changements que leurs propriétaires veulent leur apporter, sans vous consulter ou obtenir votre consentement. Par ailleurs, vous pouvez utliser votre blogue pour alimenter vos autres médias sociaux et vice-versa. Enfin, vos messages sur Facebook et Twitter se perdent rapidement dans le fil de nouvelles du jour. Les textes affichés sur votre blogue sont accessibles en tout temps. 
  • Nous avons déjà un bulletin mensuel : un blogue peut remplacer un bulletin mensuel. Vous offrirez alors des nouvelles fraîches. Au pis aller, utilisez votre blogue pour alimenter le contenu de votre bulletin.
  • Nous aurons à peine le temps de nous occuper d’un blogue plus d’une fois par mois : songez plutôt à l’alimenter quelques fois par semaine. Vous joindrez plus de gens en étant actif plutôt que passif.

Vos commentaires et vos expériences personnelles ou professionnelles avec les blogues sont les bienvenus !

denis-bertrand-21-decembre-2011-12_cropped3

 

 

 

 

 

 

Denis J. Bertrand

 

Les meilleurs temps pour afficher des nouvelles sur les médias sociaux

Le 7 novembre 2012

Les collègues de Conseils Marketing ont publié un billet sur les meilleurs temps quotidiens pour afficher des nouvelles sur les médias sociaux. Voici leurs recommandations :

  • Dès le début de la journée, soit vers 7 h ou 8 h. Il y a des gens (comme moi) qui consultent leurs comptes Twitter, Facebook ou autres en déjeunant.
  • Vers 11 h, avant le repas de midi.   
  • Quelque temps avant 16 h. Il y a des gens qui quittent le bureau pour diverses raisons aux environs de cette heure.
  • En soirée, à 19 h, avant le souper pour les uns, de regarder la télé ou de passer à une autre activité pour les autres.

Je me rallie à ces constats. Je recommande toujours à mes clients d’afficher plus d’une fois par jour en actualisant leurs informations à chaque occasion.  

Je suis d’avis que lorsque vous vous contentez d’afficher pendant les heures de travail, vous joignez surtout vos pairs et quelques fidèles adeptes qui ont accès aux médias sociaux au bureau. Ce n’est pas le cas nécessairement de toutes les personnes que vous voulez joindre. Il est donc logique de communiquer avec vos amis ou vos abonnés aux moments où ils sont les plus susceptibles de vous lire.

denis-bertrand-21-decembre-2011-12_cropped3

 

 

 

 

 

 

Denis J. Bertrand

 

Médias sociaux : non au mercantilisme, oui aux rapports avec le public

Le 7 septembre 2012

Un chroniqueur du Harvard Business News a offert récemment ses recommandations sur les façons de se distinguer sur les médias sociaux. En somme, il propose aux utilisateurs d’être moins mercantiles (tenter de vendre un produit à tout prix), de s’investir plutôt dans le renforcement de leurs liens avec leurs clients et de favrosier des échanges accrus entre ces derniers pour accroître leur fidélité à votre entreprise ou à votre organisme.     

Par exemple, au lieu de simplement célébrer vos succès, parlez des bons coups de vos pairs ou d’entités avec lesquelles vous partagez certains objectifs. Vous pouvez même leur offrir d’accéder à vos médias sociaux pour se faire. Au lieu de mettre l’accent sur des rabais et des promotions, mettez vos produits, vos services ou vos activités en contexte (expliquez pourquoi vous les offrez) et profitez de l’occasion pour renforcer et créer de nouveaux rapports sociaux avec le public en fonction de cette toile de fond.

Pour faciliter votre réflexion à cet égard, l’auteur vous invite à répondre aux questions suivantes :

  • Quels sont les rituels, traditions ou comportements associés à votre produit ?
  • Quels sujets les gens abordent-ils lorsque vous les rencontrer ou lorsqu’ils participent à vos activités ?
  • Comment pouvez-vous améliorer l’expérience que vous offrez présentement à vos clients ?

Vos réponses à ces trois questions vous donneront des pistes à explorer pour cultiver vos rapports en ligne et accroître l’adhésion du public à votre marque. 

Par ailleurs, de nouvelles données démographiques ont été publiées au mois d’août (2012) sur les utilisateurs des médias sociaux. Elles révèlent que plus de la moitié de ceux-ci sont âgés entre 25 et 44 ans. Ainsi, 55 % des usagers de Twitter et 65 % des personnes qui ont des comptes Facebook sont âgés de 35 ans et plus. Je remercie Michelle Blanc pour la diffusion de cette information.    

denis-bertrand-21-decembre-2011-12_cropped3

 

 

 

 

 

 

Denis J. Bertrand

 

10 “nouvelles” à partager sur les médias sociaux pour sortir des sentiers battus

Le 28 août 2012

Bien des organismes artistiques continuent d’utiliser les médias sociaux comme s’il s’agissait d’autant de babillards. Ils se contentent d’y annoncer un événement à venir, un produit à vendre, ce que la plupart des gens qui les suivent en ligne savent plus ou moins déjà. Voici donc dix suggestions d’histoires que vous pourriez conter pour profiter de la dimension « sociale » de ces médias et partager des informations originales :

  1. Donnez un aperçu d’un spectacle ou d’une œuvre en développement, d’un événement à venir, du contenu de votre prochain bulletin, etc. 
  2. Offrez une visite virtuelle des coulisses de votre organisme, de votre production, de votre activité.
  3. Présentez un membre de votre équipe, une ou un artiste qui travaille chez vous ou une personne qui siège à votre conseil d’administration.
  4. Transmettez en direct des informations sur le déroulement de votre journée, de votre événement. 
  5. Diffusez des photos de vos bénévoles à l’œuvre.      
  6. Établissez un lien entre votre travail et un thème ou un événement d’actualité.
  7. Adressez des questions anecdotiques à votre propos à vos        « amis » et « abonnés ».
  8. Diffusez le témoignage d’une personne qui a été touchée ou inspirée par votre travail.
  9. Choisissez quotidiennement une abonnée ou un abonné de saison, une cliente ou un client fidèle et saluez-les en ligne.
  10. Parlez de vos bons coups.

Les sujets suggérés ci-haut vous permettront de vous présenter sous un jour différent. De plus, les gens aiment bien partager de bonnes histoires en ligne, ce qui peut augmenter votre rayonnement auprès de personnes qui sont moins familières avec vos activités. 

Pour rédiger ce billet, je me suis inspiré d’idées émises par l’experte américaine en marketing, Katya Andresen. Je l’en remercie. 

denis-bertrand-21-decembre-2011-12_cropped16

 

 

 

 

 

 

Denis J. Bertrand

 

À propos de l’utilisation des médias sociaux

Le 30 juillet 2012

Bon été à vous tous ! J’ai laissé de côté la rédaction de mon blogue pendant mes trois semaines de vacances aux Îles-de-la-Madeleine, mais je n’ai pas arrêté pour autant de me tenir au courant des actualités liées au développement de public pour les arts. C’est ainsi que j’ai découvert deux nouveaux livres en français portant sur les médias sociaux, soit Le Twitter Book, de Tim O’Reilly et Sarah Milstein, et Le livre de Facebook, Twitter, Google+ et LinkedIn, de Yasmina et Sébastien Leconte. Abondamment illustrés, ces ouvrages pratico-pratiques vous initieront au fonctionnement et à l’utilisation des médias sociaux les plus populaires. Même les médiateurs expérimentés y trouveront des trucs utiles. 

Comme je le répète souvent, le recours aux médias sociaux doit s’inscrire dans une stratégie globale de rapprochement avec le public. Ainsi, évitez de limiter vos interventions à de simples appels à l’action (ex., “Procurez-vous des billets pour notre prochain spectacle !”) et faites appel plutôt à la dimension sociale de ces médias en racontant une histoire, en personnalisant vos messages (ex., “Nous travaillons depuis plusieurs mois sur ce projet et avons relevé de nombreux défis, mais nous sommes très fiers du travail que nous avons accompli. Nous avons hâte de vous le présenter ! Appellez-nous si vous n’avez pas encore réservé vos places !”). Souvenez-vous que les adeptes des médias sociaux veulent échanger avec d’autres personnes qu’elles jugent intéressantes, plutôt que des organismes ou des entreprises sans visage qui les traitent comme de simples consommateurs. C’est justement ce que souligne le consultant américain en marketing des arts, Ron Evans, lorsqu’il explique pourquoi les gens vous suivent sur Facebook ou Twitter : 

  • Ils accordent de l’importance à votre travail.
  • Vous partagez avec eux des choses intéressantes ou utiles.
  • Vous êtes distrayant.
  • Ils sont engagés financièrement envers vous, sous une forme ou une autre (achats, dons, etc.).
  • Ils veulent que leurs amis sachent qu’ils vous appuient. 

Donc, faites appel au coeur et à la tête de vos interlocuteurs et non seulement à leurs portefeuilles.       

Note: dans cette même ligne de pensée, voici les avantages perçus de Twitter par rapport à Facebook. À vous de juger. Pour ma part, je crois qu’il est important d’utilser l’un et l’autre de façon imaginative.

denis-bertrand-21-decembre-2011-12_cropped3

 

 

 

 

 

 

Denis J. Bertrand

 

Ma présentation au Forum de la francophonie canadienne 2012 est en ligne

Le 19 juin 2012

Je vous ai mentionné il y a quelques semaines passées que je participais au Forum de la francophonie canadienne 2012, les 28 et 29 mai dernier, à Québec. J’étais un des conférenciers invités à prendre la parole lors d’un atelier sur la circulation et la diffusion de la culture francophone dans l’univers du numérique. Le Secrétariat aux Affaires intergouvernementales canadiennes du Québec (SAICQ) vient tout juste d’afficher en ligne les présentations d’un bon nombre de panélistes, dont la mienne. Vous pouvez y accéder en cliquant ici. Je remercie le SAICQ de sa gentillesse. 

denis-bertrand-21-decembre-2011-12_cropped8

 

 

 

 

 

 

Denis J. Bertrand