Posts Tagged ‘CAO’

Le développement de publics : une priorité du Conseil des arts de l’Ontario

Le 30 octobre 2014

J’ai assisté hier à une rencontre entre les dirigeants du Conseil des arts de l’Ontario (CAO) et des membres des communautés artistiques du Grand Sudbury. Il y était question du nouveau Plan d’action 2014-2020 de l’organisme.

Le deuxième volet du Plan, intitulé Favoriser la participation du public aux arts et l’appréciation des arts, comprend un objectif qui a pour titre Appuyer la participation du public aux arts. On peut y lire ce qui suit:

Les artistes et les organismes artistiques doivent développer et approfondir davantage leurs relations avec leur public en ayant recours à des moyens novateurs – particulièrement au vu de l’évolution démographique (le vieillissement de la population et la diversité culturelle croissante, par exemple) et des nouveaux moyens qu’utilisent les gens, surtout les jeunes, pour s’impliquer dans les arts.

Ainsi, le CAO appuiera «les activités qui permettent d’accroître, d’élargir et de diversifier la participation aux arts et les auditoires des arts, visiteurs, spectateurs, auditeurs et lecteurs compris.»

Cet engagement est d’autant plus important que le Conseil a annoncé que tous les organismes qui reçoivent des fonds de projets ou de fonctionnement subiront automatiquement une diminution de 5 % de leurs subventions dès l’an prochain. Aucune entité ne sera épargnée. Cette réduction s’explique par le fait que le budget du CAO n’a pas augmenté depuis 6 ans et que le nombre de demandes qu’on lui adresse a crû de 53 %. Comme l’a affirmé la directrice des subventions, Carolyn Vesely, «95 % est le nouveau 100 %».

Autre indication que le Conseil prend le développement de publics au sérieux: il a restauré le financement du programme Compas, qui avait été réduit de 50 % il y a quelques années. Ainsi, les organismes intéressés pourrront faire appel aux services d’experts comme ma collègue Diane Chevrette et moi pour développer des stratégies qui leur permettront de rejoindre, d’accroître et de fidéliser leurs clientèles.

La tentation sera grande chez certains organismes artistiques de réagir à cette annonce en coupant dans les budgets voués à l’artistique et au marketing. Mais comme l’a répété maintes fois le gestionnaire des arts Michael Kaiser, il est préférable que les entités aux prises avec un tel défi épargnent le développement artistique et la mise en marché, l’art étant leur raison d’être et le marketing la façon d’y intéresser le public. Il vaut mieux dans ces circonstances qu’elles songent à des façons d’accroître leurs revenus plutôt que de fragiliser leurs activités de base.

C’est dans ce contexte, entre autres, que le développement de publics prend toute son importance. Ce ne sont pas des personnes ou des entreprises qui ignorent votre existence qui vous aideront à combler votre manque à gagner, mais putôt celles qui connaissent et apprécient votre travail.

Diane et moi savons qu’il est possible d’établir des rapports avec vos clientèles courantes et potentielles qui vous seront profitables non seulement en termes de fréquentation ou de consommation, mais aussi pour accroître et diversifier vos revenus. Contactez-nous si vous voulez en savoir plus.

Enfin, les organismes qui reçoivent l’appui du Conseil des arts du Canada trouveront des similitudes entre son Plan stratégique 20111-2016 et le Plan d’action du CAO. Sachez que les autres conseils des arts et entités équivalentes au pays sont confrontés aux mêmes défis que leurs collègues fédéral et ontarien.

denis-bertrand-21-decembre-2011-12_cropped3

Denis J. Bertrand